Alliance des Ferrailleurs Noirs Index du Forum Alliance des Ferrailleurs Noirs
Dans ce forum le langage SMS est proscrit.Toute insulte entraînera un bannissement.
 

   FAQ  -  Rechercher  -  Membres   -  S’enregistrer   Connexion
Le retour de la Fureur

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Alliance des Ferrailleurs Noirs Index du Forum >>> L'Histoire des Ferrailleurs >>> Prologue
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Ayden
Invité


Hors ligne




MessagePosté le: Mar 14 Aoû - 00:26 (2012)    Sujet du message: Le retour de la Fureur Répondre en citant

aller, je vous laisse un peu de lecture. Si vous voulez encore plus apprécié ce texte, ma foi assez long, je vous conseille de mettre en boucle cette musique :

Audiomachine - the prophecy.

bonne lecture aux plus courageux !

Sept ans... Sept ans qu'il était parti de cette alliance, laissant derrière lui la confrérie qui tentait de résister tant bien que mal à la Fédération.

La vie est dure, et elle est parfois faite de choix tout aussi cruel que décisif. Les raisons de son départ étaient telles qu'il ne pouvait continuer à gouverner un Empire à lui tout seul et dans un même temps, résister à la Fédération. Il avait déserté son rôle, ne donnant que de brèves explications qui restent à ce jour un grand mystère pour ses proches. Certains d'entre eux l'ont même accompagné dans son départ en quête de solitude et de paix, une quête qui ne le mena qu'à d'incessants combats contre des pirates et autres créatures de l'espace.

Au fil des années, Ayden perdit toute notion de courage, de volonté. La flamme ardente qui brûlait en lui, cette terrible fureur qui avait mené son peuple à sa quasi extinction ne le touchait même plus. Il n'était plus le même homme. Et à dire vrai, il n'était plus que l'ombre de lui-même. Le reste de sa famille s'inquiétait de sa disparition, et sa mère finit par se suicider.

L'empire d'Ayden était à la dérive, sans qu'aucun ADFN ne puisse reprendre les reines de cette puissante économie qui faiblissait chaque jour. Les cités vieillissaient bien trop vite, la population perdait espoir, malgré les tentatives pour rétablir un semblant d'ordre et de dignité parmi les colonies. Mais toute tentative échoua. Un seul homme était encore capable de réunir sous une bannière la population des différentes colonies. Mais il n'était plus là.

Ayden avait touché le fond. Du moins, il le pensait, lorsqu'il apprit la mort de sa mère, cette nouvelle fut une nouvelle décadence. Mais une décadence vers l'Enfer, pour un aller simple. Ses amis ne savaient plus quoi faire. Ils étaient anéantis de voir leur camarade, leur chef déchu et dans un état pitoyable. Son sourire qui faisait son effet auprès des femmes ne montraient que des dents mal entretenues. Sa coiffure qui pourtant, était toujours soignée, ressemblait désormais à un amas de chevelure gras et poisseux. Les ongles poussaient, la peau prenait la crasse, la vie d'Ayden ne tenait plus qu'à un fil. Il se demandait même pourquoi il ne mettrait pas fin à ses jours.

Ses proches tentèrent de lui redonner goût à la vie par des expéditions dans des planètes encore inconnues et parfois dangereuses. Et à plusieurs reprises, Ayden voulu se laisser mourir face au danger. Ils avaient visiter des dizaines et des dizaines de planètes, découvrant de nouveaux horizons, de nouvelles personnes, faisant la fête accompagnés des plus belles créatures de l'espace. Mais rien n'y faisait, Ayden restait de marbre. Il ne vivait plus. Il était devenu froid, sans aucun sentiment. Il repensait aux drames qu'il avait vécu : Il avait perdu la femme qu'il aimait, sa mère qui s'était suicidé, la débâcle et la spirale infernale qui l'avait poussé à agir ainsi. Il se répétait sans cesse qu'il ne pouvait être Empereur. Il ne le méritait pas. Mais il ne disait rien.

Les rares mots qu'il prononçait encore à ses amis finirent par disparaitre. Il n'avait plus la force de parler, de vivre, ou même de mourir. Il voyait devant lui la vie continuait son cours, sans pour autant que lui la suive. Perdu. C'est le mot qui pouvait le décrire à ce moment là. Il était perdu. Ses amis, excédés de le voir dans un état aussi piteux, finirent par lâcher prise et laissèrent Ayden dérivé loin de la réalité, très loin...

L'homme, ou plutôt ce qui restait de lui, ne mangeait presque plus. Il avait perdu la saveur de la nourriture. Il buvait seulement. Il buvait de l'alcool, encore et encore, au point de ne plus souvenir de qui il était. Il quittait de moins en moins la salle impériale qu'il occupait dans son navire. Il but d'excès en excès, frôlant parfois le comas. Sa chambre impériale moisissait. La lumière des soleils des différents systèmes ne pénétrait plus dans cette salle. Le sol était parsemé de régurgitation. Des flaques nauséabondes qui collaient au par-terre. La chambre empestait le vomi, les draps étaient couvert de jaune et d'orange. L'odeur de l'urine était présente elle aussi.

Ayant vu ce spectacle qui n'offrait que de la pitié et du dégoût, ses amis, ainsi que ses fidèles serviteurs soldats comme civils, vinrent à sa rescousse pour une ultime et dernière tentative pour lui redonner goût à la vie. Ils le lavèrent, l'habillèrent, lui rendirent un semblant d'apparence impériale. Mais le jeune homme avait maigrit. Il avait peine à tenir sur ses jambes. Malgré tout, ses sujets le portèrent sous les épaules. Ils le sortirent de la chambre, et Ayden n'émit aucun son, aucune résistance à ce qu'on le sorte de son antre puante.

Tous suivirent silencieusement la longue marche qui menait au point principal du commandement des armées. Après cinq longues minutes à supporter l'empereur déchu, ses porteurs le déposèrent dans son siège impérial.

Ayden regardait avec peine autour de lui. Son visage était plus que pâle. Ses os se voyait sur tout le corps. Sa vision était trouble à cause de toute cette lumière, mais il percevait des perles brillantes coulaient sur les joues de ses sujets. Il se rendit alors compte à quel point il les avait blessé, lâché et fait honte. Pour la première fois depuis des années, il ressentit une grande peine dans son coeur. Vivace et intense. Une douleur qu'il avait pourtant oublié. Mais aujourd'hui, alors qu'il voyait tous ses sujets devant lui, pleurant dans un dernier espoir leur Empereur, celui qu'ils voulaient voir revenir sur le trône, Ayden éprouva un chagrin bien plus profond qu'il n'en avait ressentit auparavant. Son coeur se serrait dans sa maigre poitrine osseuse.

Ses sujets, dans un ultime signe de respect, s'inclinèrent face à Ayden. Agenouillé devant le maigre corps du jeune homme, son plus vieil ami, dit avec difficulté et avec une profonde amertume, ces quelques mots arrachés de son coeur, des abimes de ses entrailles, si difficile à dire qu'il en avait des haut-le-cœur.

- Mon Seigneur, malgré tous nos efforts et toutes ces années, rien ne vous a fait revenir à la vie... Pour nous, vous êtes mort... C'est pourquoi nous allons repartir vers l'empire que vous avez abandonné pour tenter de rétablir la paix entre les peuples... Selon nos traditions, un hommage doit être fait au défunt. Ce vaisseau sera le vôtre. Pardonnez-nous, mais l'Homme que nous avions connu n'est plus dans ce monde...

Un à un, ils quittèrent la salle, puis le vaisseau par les navettes embarquées. Ayden resta sur son trône pendant ce temps. Il voyait, par la baie vitrée qui offrait une vue panoramique sur l'espace, ses sujets rejoindrent le reste de la petite armada. Ses yeux vitreux, son visage tiré par la douleur qu'il ressentait, exprimait la plus grande peine qu'un Homme pouvait ressentir. Il tendit un bras vers leur direction. La main ouverte et tremblante, il tentait d'exprimer ses sentiments par des hurlements. Ils voulaient les retenir, leur crier n'importe quel mot pour leur faire demi tour, mais aucun son ne sorti.

Ayden tenta de se lever en s'appuyant sur son autre maigre bras. A peine sur ses deux pieds qu'il tomba à genoux, face contre terre. Des larmes coulaient le long de ses joues. Il pleurait comme jamais. Il pleurait les larmes de son corps. Son chagrin fut si intense qu'il fut pris de convulsion. Il le savait. Il avait désormais tout perdu, et ce, à jamais. Pendant plusieurs heures il se lamenta et regretta tout ce qu'il avait fait durant ces dernières années. Il fallait qu'il mette fin à ce cauchemar désormais, qu'il ait une mort, qu'elle soit digne ou non, il fallait qu'il mette un terme à cette torture qu'il avait perpétué trop longtemps.

Il rampa, parfois marchant à quatre pattes jusqu'à sa chambre. Il avait perdu toute notion du temps, mais pour lui, ce dernier chemin était celui de la libération, s'il réussissait, pour lui, ce sera une mort glorieuse, une mort qui ne pourra qu'aider son empire, il en était convaincu. Il continua son chemin avec difficulté. Son allure faisait pitié. Il gémissait à chaque mouvement, comme si ce dernier lui était le dernier effort possible. Malgré tout, Ayden finit par arriver devant la porte de sa chambre. Il savait où ce que cachait l'arme. Il s'agrippa à la poignée de porte qui s'affaissa et donna sur une chambre aux allures macabres avec toute cette bile séchée par terre et l'urine qui avait prit et déteint sur les murs. L'odeur y était insupportable, et Ayden dégurgita de la bile. Il ne savait pas comment il pouvait encore recracher quelque chose, mais pour lui, c'était le signe du destin, celui de la volonté d'aller au bout des choses, et entre autre de mourir ici.

Il rampa de nouveau, se trainant dans ce qu'il avait pus vomir ces derniers mois. Il était enfin arrivé au lit... Il souleva la couverture qui cachait le dessous du lit. Il la vit. L'arme. Son dernier espoir. Celui qui allait abréger ses souffrances. Il tendit le bras, mais ne parvint pas à l'atteindre. Il s'avança un peu plus. L'arme était au bout de ses doigts.

Radonn, son vieil ami, courait jusqu'à la salle du trône impérial. Il était revenu. Il ne pouvait abandonner son ami, son Empereur. Mais lorsqu'il arriva, il vit simplement une flaque d'un liquide gélatineux et transparent qui s'étalait vers la direction des couloirs impériaux.

- Non...! NON ! AYDEN !

Il courut en direction de la chambre de son meilleur ami. Il pleurait et priait pour qu'il ne soit pas trop tard. Jamais il n'avait couru aussi vite. Animé par le désespoir, il courrait comme un démené. Ses pas résonnaient dans les couloirs vident du vaisseau.

- AYDEN ! AYDEN ! cria-t-il.


Ayden avait réussi à prendre l'arme. Il la ramenait difficilement vers lui. Il était exténué. Il donnait ses dernières forces pour accomplir cet ultime geste qui mettrait fin à ses tourmentes. L'arme ramenée à lui, il appuya son dos contre le rebord du lit. Il observait l'arme, cette arme que son père lui avait offert avant qu'il ne périsse.

- Peut être que je vais vous rejoindre plus tôt que vous ne le pensiez père...

De nouvelles larmes coulèrent sur le visage lapidé par la tristesse et son anorexie. Il chargea l'arme.

- AYDEN ! AYDEN ! FAIS PAS CA !

Il entendait son vieil ami arriver. Les pas qui résonnaient dans le couloir devenaient de plus en plus proche. Ayden attendit. Il voulait voir une dernière fois son ami, et lui dire merci pour tout ce qu'il avait fait pour lui. Il voulait s'excuser de son comportement de ces dernières années. Il se couvrit le visage de ses mains.

- AYDEN SI TU M'ENTENDS, NE FAIS PAS CA ! JE T'EN SUPPLIE, NE FAIS PAS CA !

Radonn arriva au seuil de la porte, et vit Ayden adossé contre le lit, une arme à la main, le visage couvert par ses mains.

- Ayden, pose cette arme... S'il te plait...

Le jeune homme ne répondit pas. On l'entendait pleurer et renifler. Radonn fit un pas.

- RECULE RADONN ! hurla Ayden d'une voix enrouée.

Surpris, son ami se stoppa net.

- Ayden, il est temps pour toi de revenir parmi nous. Je suis prêt à t'épauler. Tout le monde le sera.

- Je... Je ne vous mérite pas... Pas après tout ce que je vous ai fait subir... Même la mort n'a pas voulu de moi après tous ces excès d'alcool. Mais cette fois-ci, elle sera bien forcée de m'accepter ...!

Radonn vit que le jeune homme était déterminé à mourir. Mais il lui restait une dernière carte à jouer. La dernière, l'ultime, sans quoi en cas d'échec, l'empire d'Ayden tombera, définitivement. Il vit Ayden approchait l'arme près de sa tête. Le canon était presque au niveau de la tempe. Puis Radonn dit ses derniers mots:

- Après toutes ces longues années, je te pensais perdu Ayden. Mais je vois qu'aujourd'hui, tu as toujours cette volonté d'aller jusqu'au bout. Mais crois-moi, ce n'est pas dans la bonne direction. Tu t'es égaré, mais ta volonté d'en finir avec ce cauchemar est intacte en toi. Laisse moi te montrer le chemin vers cette rédemption que tu cherches depuis si longtemps.

A ces mots, Ayden cessa son mouvement. Sa main tremblait. Ses yeux plein de larmes, elles perlaient ses joues creuses. Ses lèvres remuaient. Ayden leva le bras gauche en direction de son ami. Ce dernier en fit de même. Les deux hommes se regardaient dans les yeux miroitant de tristesse. Au bout de quelques secondes, Ayden ne prononça que quelques mots :

- Adieu, mon ami...

Il mit l'arme au niveau de ses tempes. Il ferma les yeux. Ayden entendit Radonn hurlait "NON !" avant un coup de feu. Le noir absolu l'envahit.


Ayden rouvrit les yeux. Il voyait devant lui une lumière blanche et intense. Il entendait sa propre respiration. Il avait même l'impression de vivre au ralenti. Puis un bip régulier se fit entendre... Il tourna doucement la tête. De petites machines à air pour assister à la respiration se trouvait sur sa gauche. Il entendait leur bruit particulier qui ressemblait à un souffle produit par un synthé. Il vit aussi un homme en blouse blanche avec un bloc note. Il semblait écrire, mais ne semblait pas avoir remarqué son réveil. Ayden tendit la main et tenta de s'agripper à la blouse de l'infirmier, pour voir si tout était réel. Lorsqu'il toucha le vêtement d'un mouvement faible, le médecin retira son attention du bloc note et regarda Ayden. Ses yeux s'écarquillèrent, et une joie indescriptible se dessina sur son visage.

Il recula de quelques pas et ouvrit la porte de la chambre de soin intensif, en sortit et referma la porte derrière lui. Une seconde plus tard, il hurla:

- IL EST VIVANT ! AYDEN EST VIVANT ! GENERAL RADONN, AYDEN EST VIVANT !

Tout le monde se mit à hurler de joie et une silhouette se dessina à travers les vitres grisées. Le personnel lui fit de la place. La porte s'ouvrit lentement, et une tête bien familière apparu au travers de l’entre-ouverture. S'était Radonn. Il le regardait, d'un air soucieux, mais exprimant aussi un soulagement de voir son ami vivant. Ayden lui souriait et lui tendit la main gauche. Radonn entra et referma la porte.

- Il est temps pour toi de faire ton grand retour je crois, dit-il.

Ayden sourit de plus belle. Grace à son ami, il avait retrouvé la force et sa rage de vivre. Il avait retrouvé sa volonté, cette volonté inébranlable d'aller jusqu'au bout des choses. Il répondit à son ami :

- Si je suis de retour, c'est grâce à toi mon ami.

Puis Radonn s'approcha de nouveau et lui prit la main qu'il tendait.

- Ayden, la légende vivante de notre Empire est de retour, ajouta Radonn avec un sourire radieux.

Après quelques semaines de rééducation, Ayden fit son apparition sur tous les écrans de son empire disloqué. Bien qu'il eut récupéré en grande partie de ses blessures, certaines étaient encore trop profondes et ne pourront jamais s'effacer. Mais il voulait montrer à son empire qu'il était de retour, pour de bon.

Oui, Ayden, la Fureur Ancestrale était de retour  


Dernière édition par Ayden le Mar 14 Aoû - 02:06 (2012); édité 1 fois
Revenir en haut
Publicité







MessagePosté le: Mar 14 Aoû - 00:26 (2012)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
fainian
Invité


Hors ligne




MessagePosté le: Mar 14 Aoû - 01:10 (2012)    Sujet du message: Le retour de la Fureur Répondre en citant

Bien, très bien Smile Et la musique est bien choisie ... c'était le premier chapitre, c'est ça ?

Revenir en haut
Ayden
Invité


Hors ligne




MessagePosté le: Mar 14 Aoû - 01:50 (2012)    Sujet du message: Le retour de la Fureur Répondre en citant

Non, juste une annonce de mon retour. Mais si suite vous voulez, il m'est possible d'en faire une 


Revenir en haut
sampaii
Fondateur


Hors ligne

Inscrit le: 22 Mai 2012
Messages: 1 049
Masculin

MessagePosté le: Mar 14 Aoû - 09:40 (2012)    Sujet du message: Le retour de la Fureur Répondre en citant

ton retour je le voyais dans le chapitre 2 avec une expédition et un vaisseau perdu que nous serions aller chercher^^
_________________
Il faut savoir être plus proche de ses ennemis que de ses amis.



Revenir en haut
Skype
Ayden
Invité


Hors ligne




MessagePosté le: Mar 14 Aoû - 11:09 (2012)    Sujet du message: Le retour de la Fureur Répondre en citant

Haha

Navré d'avoir modifié tes plans !
 


Revenir en haut
sampaii
Fondateur


Hors ligne

Inscrit le: 22 Mai 2012
Messages: 1 049
Masculin

MessagePosté le: Mar 14 Aoû - 11:26 (2012)    Sujet du message: Le retour de la Fureur Répondre en citant

mais nous pouvons toujours le faire^^

si tu souhaites m'aider j'en serai ravi ^^

et puis je vais posté ton text dans ton propre sujet
_________________
Il faut savoir être plus proche de ses ennemis que de ses amis.



Revenir en haut
Skype
Ayden
Invité


Hors ligne




MessagePosté le: Mar 14 Aoû - 14:22 (2012)    Sujet du message: Le retour de la Fureur Répondre en citant

Je n'y vois pas d'inconvénients, sauf qu'il faut que je finisse mes rapports pour mon établissement, et cela me prends pas mal de temps Wink 


Revenir en haut
The_Scorpions
Invité


Hors ligne




MessagePosté le: Sam 25 Aoû - 22:24 (2012)    Sujet du message: Le retour de la Fureur Répondre en citant

E